L’escrime est un sport de combat, l’art de toucher de l’adversaire avec son sabre sans être touché. Art de manier l’épée, le fleuret ou le sabre.

L’apport d’un accompagnement par rapport à la connaissance de soi et le sport :

Escrime et mental : témoignage d’une sabreuse de l’équipe de France.

«  Laura Réguigne, j’ai 24 ans, je pratique l’escrime depuis l’âge de 6 ans. Je suis sabreuse en équipe de France. Je suis originaire d’Orléans, et je vis depuis 6 ans à Paris (dont 4 ans d’internat). Actuellement je suis kinésithérapieute. Diplôme que j’ai passé en 5 ans au lieu de 3 pour pouvoir m’entrainer en parallèle.sabreuse en équipe de france

 

Le sport, et en particulier le sport de haut niveau, nécessite le bien être du sportif. La confiance dans le programme d’entrainement et dans l’avancée des progrès est essentielle. La connaissance de soi est le moyen permettant d’arriver à cette harmonie.

En effet, pendant certaines périodes, les résultats en compétition ne sont pas forcément à la hauteur de nos espérances  et ne reflètent pas forcément les progrès accomplis. Il est donc important d’être serein par rapport au choix du mode d’entrainement. Il m’a aidé à trouver de nouveaux points grâce auxquels je peux évaluer ma progression.  Ce suivi  a aussi traité de ma vie non-sportive, car je pense que tous ses aspects sont en lien étroit, et que si l’un d’eux vacille, il y a des répercussions sur les autres. Il m’a donc été profitable non seulement sur l’aspect sportif, mais aussi personnel de mon parcours. »  Ecrit par Yoann Guetta